ISIAS

"Quoi faire dans le Golfe du Mexique face à la pire des catastrophes dans l’histoire du pétrole ?" par le Dr. Ilya Sandra Perlingieri

Traduction et compléments de Jacques Hallard
mercredi 2 juin 2010 par Perlingieri Dr. Ilya Sandra

ISIS Pétrole
Gulf of Mexico Oil Catastrophe Worst in History
Une quantité estimée à 3,4 millions de gallons – près de 13 millions de litres - s’échappe quotidiennement avec aucune fin en vue, tandis que ce pétrole et des dispersants toxiques tuent toute la vie océanique.
Le Dr. Ilya Sandra Perlingieri interroge le chercheur scientifique Mike Castle de l’état de l’Ohio aux Etats-Unis, sur ce qui peut être fait face à la catastrophe.

Rapport de l’ISIS en date du 02/06/2010
L’article original en anglais s’intitule Gulf of Mexico Oil Catastrophe Worst in History et il est accessible sur le site : www.i-sis.org.uk/gulfOilCatastrophe.php

  Le désastre du Golfe du Mexique est bien pire que ce qu’indique le compte-rendu officiel

Au bout de presque six semaines d’efforts concentrés de la plupart des scientifiques et du personnel, parmi les plus sophistiqués technologiquement de la société BP (ex-British Petroleum, relancée sous l’appellation Petroleum !), la catastrophe continue de se dérouler dans le Golfe du Mexique, à partir de l’explosion d’une plate-forme pétrolière off-shore – dans les couches pétrolifères profondes - ; il semble incroyable que cette marée noire continue de se propager hors de tout contrôle. Elle a dévasté le golfe du Mexique, la Floride et elle a pénétré dans l’océan Atlantique, se déplaçant le long de la côte, vers New Jersey et New York. Ce n’est pas un « déversement » : la marée noire est déjà bien pire que celle occasionnée par le pétrolier ExxonValdez accidenté en 1989.

Certains scientifiques ont estimé que 3,4 millions de gallons – près de 13 millions de litres - s’échappent chaque jour, à partir de trois panaches [1]

À ce jour [2 juin 2010], cela représente 156,4 millions de gallons, soit plus de 592 millions de litres de pétrole brut ; pas étonnant que cette marée noire soit qualifiée de volcan sous-marin de pétrole.

Mais ce n’est pas tout. Il y a de nouveaux rapports qui indiquent qu’un autre panache de pétrole brut, de plus de 35 km de long sur près de 10 km de large, a été trouvé ; il va dans une autre direction (Ouest) [2], "A environ 1.000 mètres de profondeur, avec la plus grande concentration d’hydrocarbures à environ 400 mètres [sous la surface de l’eau] ; cela suggère que le niveau de pollution le plus important dans l’environnement, résultant de la catastrophe de BP, peut être à l’action hors de notre vue, dans le eaux profondes du Golfe". Il a été découvert par David Hollander, professeur agrégé d’océanographie chimique, à l’Université de Floride du Sud, qui est l’enquêteur principal d’une mission de recherche envoyée dans le Golfe du Mexique [2], [3].
Ils « s’inquiètent beaucoup du résultat de l’utilisation sans précédent par BP de dispersants chimiques appliqués sous l’eau, à l’emplacement du puits ».

Le Professeur Hollander a déclaré que cela soulève [2] « plus de craintes en raison du pétrole combiné à la toxicité des dispersants, qui peuvent conduire à une situation dangereuse pour les larves de poissons et d’autres organismes vivants qui filtrent l’eau de mer pour se nourrir ».

En dépit de 11 morts à la suite de l’explosion de la plate-forme initiale et de la gravité de la catastrophe écologique, - la pire de son genre dans l’histoire des États-Unis -, pas une seule personne, n’a été congédiée ou tenue pour responsable. Constat evident qui signifie que la sécurité, la précaution et la responsabilité ne font pas partie du décor dans les échanges sur l’élaboration des politiques entre les entreprises et les représentants du gouvernement [4], [5] .

  Les dispersants toxiques utilisés causent le pire des ravages écologiques

BP continue de pulvériser des "dispersants" très toxiques qui causent des ravages écologiques et destructeurs complémentaires, et qui exacerbent une situation déjà critique [6].

L’un des dispersants est un solvant chimique, connu sous le nom Corexit 9500, qui est interdit en Europe. Il répand le pétrole brut et la toxicité chimique sur une zone beaucoup plus large et tout cela va voyager sur le Golfe du Mexique et à travers les courants océaniques. L’impact et l’ampleur de la dévastation sous-marine sont bien pires, mais invisible par le seul suivi par satellite. La catastrophe écologique est fortement susceptible de devenir transatlantique. Un bref compte-rendu de la télévision ABC, sur leur programme national régulier "Good Morning America" du 25 mai 2010, montre la propagation sous-marine du pétrole brut et des dispersants : il devrait être vu par tout le monde et largement partagé [7].

Les photos affichées par le Boston Globe, le 24 mai 2010 sont aussi déchirantes [8] .

Il ne fait aucun doute que notre chaîne alimentaire des océans a été empoisonnée entièrement. Il faudra du temps pour réunir les éléments et pour se documenter sur l’ampleur des impacts sur la santé et sur l’environnement, résultant d’évènements commis par une grave négligence et un mépris total du ‘Principe de précaution’ [9] .

Et tous ceux qui ont déjà été impliqués dans toutes sortes de ‘nettoyage’ à petite échelle, - lequel s’avère jusqu’à présent inepte et extrêmement dangereux-, sont déjà tombés malades. Dans le lot se comptent des travailleurs rémunérés et des bénévoles de certaines organisations environnementales, qui n’ont pas été informés par BP ou par toute autre personne, des dangers et des risques pour la santé environnementale auxquels ils sont confrontés. Et rien ne se passe, ne se fait, même à distance, tandis que l’épique tragédie pour l’environnement continue de se dérouler.

Oiseaux, poissons, tortues, dauphins, baleines et autres créatures marines : l’écosystème tout entier est confronté à une aggravation de la crise avec chaque jour qui passe. Le pétrole brut toxique a abordé le rivage terrestre en Louisiane. Dans une région, la paroisse de Plaquemines, il y a eu des reportages vidéo montrant que toute vie est anéantie dans l’océan [10].

Des tortues et des dauphins morts sont ramenés par les eaux du golfe, mais l’étendue réelle n’est pas signalée par les courants d’information en général. Apparemment, BP a refusé l’accès au site off-shore par de nouvelles équipes ; les règles sont appliquées, notent les mariniers garde-côtes des Etats-Unis. BP a également refusé d’utiliser des dispersants moins toxiques [11].

Avec des centaines de millions de dollars en jeu, le journal The New York Times a rapporté de nombreux conflits d’intérêt [12].

Un rapport urgent intitulé “It’s raining oil in Florida”, "Il pleut du pétrole en Floride" [13], du 25 mai 2010, a noté des gouttes de pétrole brut noir, portées sur des bancs de nuages d’orages dans le Golfe du Mexique. Jusqu’à la fin du jour, ce mardi 25 mai 2010, il y avait une alimentation directe des émissions de pétrole brut sous-marines. Ce reportage direct en vidéo du flux continu a été coupé, après qu’une nouvelle éruption / explosion eut commencé. Le dernier rapport a été publié sur Youtube [14].

  « Le cauchemar de l’incompétence et de la cupidité » et ce qu’il ne faut pas faire

Le Dr. R. Michael Castle, l’un des plus brillants chimistes des polymères aux Etats-Unis, et indépendant, a suivi « ce cauchemar de l’incompétence et de la cupidité », comme il me l’a rapporté, depuis l’explosion de la plate-forme pétrolière du 20 avril 2010. Le Dr.Castle est également l’auteur de “The Methodic Demise of Natural Earth”, "La fin méthodique de la Terre Naturelle", un essai sur ce qui se passe dans l’environnement de notre planète avec les pulvérisations d’aérosols ‘Chemtrails’ très toxiques, illégales et qui ont échappé à tout contrôle au cours des douze dernières années [15].

Le Dr. Castle est également l’auteur du texte ‘Unified Atmospheric Protection Act’ , une loi de 2003 concernant la protection de l’atmosphère dans sa globalité (cette loi maintenant en discussion au sein du comité du Congrès) [16].

Grâce à son expérience étendue dans le domaine de la chimie des polymères, il comprend clairement les désastres écologiques énormes des produits chimiques qui se poursuivent sans relâche. Ce qui suit relate mes conversations avec lui les 25 et 29 mai 2010.

"Qu’est-ce qui peut être fait ? », se demande-t-il. « Tout d’abord, ne pas déclencher une bombe nucléaire ! [C’est encore à l’étude [17]].

Ne faisons pas ça. C’est de la folie pure. En aucun cas, cela ne peut rien corriger. Cela ferait des dommages massifs à long terme et irréparables. Les dégâts d’irradiation seraient catastrophiques pour la région immédiate et pour le reste de notre planète ». [Les survivants d’ Hiroshima et de Nagasaki sont encore surveillés, 65 ans après que l’armée américaine ait largué des bombes atomiques sur des civils].

"Deuxièmement, pour les équipes de nettoyage d’urgence exposés aux vapeurs de benzène émanant du pétrole brut, ils doivent être informés sur les conséquences du travail sur place. Beaucoup d’entre eux ne sont ni formés de façon adéquate, et ils ne savent rien sur les dommages graves pour la santé qui peuvent en résulter. [Ceci est un autre scénario qui s’est déroulé lors des attaques du 11 septembre 2001 sur les ‘Tours Jumelles’ de New York, pour les premiers intervenants expérimentés, quand ils ont été informés par les fonctionnaires qu’ils étaient sûrs de respirer de l’air toxique au point central du sinistre, au ‘Ground Zero’].

Troisièmement, selon le Dr. Castle, le dispersant « contient des tensio-actifs à base d’oxyde d’éthylène [qui permet une augmentation de l’étalement], et l’un d’eux, le 2-butoxy éthanol est un éther de glycol soluble dans l’eau. Ils sont connus pour couvrir les branchies des poissons [qui aident à absorber l’oxygène de l’eau]. Grâce à cette action toxique, les poissons meurent, parce qu’ils ne peuvent pas obtenir l’oxygène disponible. Cela s’ajoute à toutes les formes vivantes de la vie de la mer qui souffrent d’un empoisonnement au benzène ».

  Pour toute personne impliquée dans le nettoyage, le Dr Castle exhorte le texte suivant :

1. "Séjourner hors de l’eau. Protégez-vous contre les vapeurs dangereuses et les effets cancérigènes du benzène. Le benzène emêche l’oxygénation du corps (il est soluble dans l’eau) et il est une cause connue de cancer de sang ou leucémie".

2. "Utiliser l’huile de coco biologique ou le beurre de noix de coco biologique. Ce sont des ingrédients végétaux sûrs et naturels qui sont bioactifs. S’enduire la peau pour la protéger. Frottez l’huile sur vos mains, le visage et le cou. Elle forme un film qui vous protège contre les méfaits du benzène. Ne pas se frotter ou se laver, car cela contribue à inverser les nombreux effets des toxines sur le corps".

3. "De plus, utiliser un plein bouchon de ‘Willard XXX Dark’ et s’en frotter sur les bras et les mains. Cela sera également une protection naturelle du corps. Ce produit est fait de charbon de lignite dans l’eau et c’est une autre manière naturelle pour protéger le corps des toxines". [Le Dr.R Castle n’a pas de liens financiers avec cette entreprise / produit.]

4. "Je le répète : Ne pas envoyer des équipes de nettoyage d’urgence sur place dans le Golfe, qui ne sont pas informées et ne se rendent pas compte des dommages extrêmes que ces poisons peuvent faire à court et à long terme. "

5. Le produit "AmeriHaz peut être utilisé sans danger pour ramasser le pétrole brut qui a déjà causé de tels dommages écologiques."

  Quoi utiliser d’autre que les dispersants toxiques ?

En 1996, le Dr. Castle a développé l’ ‘AmeriHaz’, un polymère inerte, afin de traiter d’une manière vraiment sûre et de faire le nettoyage de graves fuites de pétrole brut et lors de la dispersion de produits chimiques hautement dangereux qui échappent à tout contrôle. « Je voulais créer un produit qui pourrait absorber un éventuel ‘déversement’ dévastateur (c’est vraiment le mauvais terme pour ce qui se passe dans le Golfe : un ‘déversement’ est quelque chose de très mineur). Ceci est catastrophique dans sa portée », me dit-il.

« Le produit en question est un polymère inerte qui va encapsuler le pétrole brut, de sorte qu’il ne sera pas ramassé systématiquement par autre chose. Il bloque littéralement les HAP [hydrocarbures polyaromatiques] qui sont des précurseurs du benzène ». Le Dr. Castle en a donné une démonstration pour le canal des nouvelles de la TV de l’Ohio, sur la façon dont ce produit fonctionne [18].

Le Dr.Castle recommande également « le charbon de lignite écrasé, de la taille des cailloux tout au long des plages, des marais et des estuaires. Cela aidera à détoxifier le benzène (qui est naturellement soluble dans l’eau) car il est extrêmement toxique dans le pétrole brut ». Ce sont des solutions réalistes qui peuvent réellement commencer à remédier aux effets de cette catastrophe, si les personnes en charge veulent variment sauver le Golfe, une région encore sous le choc et les traumatismes de la débâcle d’après le passage de l’ouragan Katrina où il n’y avait vraiment aucune aide pour ceux qui en avaient le plus besoin.

Enfin, un boycott international de tous les produits BP devrait être institué immédiatement. La puissance inexploitée du ‘livre de poche des consommateurs’ devrait être utilisée. Quand leurs dirigeants au plus haut niveau disent que c’est un évènement "modeste", la société ne devrait plus recevoir aucun argent des consommateurs déjà très ligotés.

Le Dr. Ilya Sandra Perlingieri est une écrivaine de l’environnement et l’auteure du célèbre livre "La crise utérine". La revue ’L’écologiste’ note que « Ce livre est une source d’inspiration."

The Institute of Science in Society, The Old House 39-41 North Road, London N7 9DP
telephone : [44 20 7700 5948] [44 20 8452 2729]
Contact the Institute of Science in Society www.i-sis.org.uk/

 Définitions et complements en français et anglais

voir PDF à demander à Yonne.lautre@laposte.net (bien spécifier le titre de l’article)

 Traduction en français, définitions et compléments :


Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.
Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, professeur des écoles
honoraire
Adresse : 19 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France
Courriel : jacques.hallard921@orange.fr
Fichier : ISIS Pétrole Gulf of Mexico Oil Catastrophe Worst in History French version.2

[1Gulf of Mexico oil volcano gushes 3.4 million gallons of oil a day. The Real Agenda, accessed 31 May 2010,
http://realagenda.wordpress.com/201....

[2“New giant oil plume discovered in Gulf”, Video. Lynne Hermann, GlobalResearch.ca, 28 May 2010, www.globalresearch.ca/index.php?con... ; ; This plume has also been found by another investigative team led by Professor James H. Cowan Jr., Louisiana State University : “Third oil leak in Gulf”, Fellowship of Minds, 29 May, 2010, http://fellowshipofminds.wordpress....

[3“Gulf oil spill : real disaster might be lurking beneath the surface”, Mark Sappenfeld, The Christian Science Monitor, 16 May 2010 : www.csmonitor.com/USA/2010/0516/Gul...

[4Lendman S. Falsified oil rig inspection & other improprieties. US Inspector General Report, rense.com, 27 May 2010, www.rense.com/general91/fasl.htm

[5Leopold J. Why Isn’t BP Under Criminal Investigation ? GlobalResearch.ca, 29 May 2010, www.globalresearch.ca/index.php?con...

[6Allen E. Why BP refuses to stop using chemical dispersants. Rense.com, 28 May 2010 : www.rense.com/general91/save.htm

[7What BP does not want you to see. 24 May 2010, http://abcnews.go.com/GMA/bp-oil-sp... ; ; and
http://acp.repoweramerica.org/page/...

[8“Oil reaches Louisiana shore”, The Big Picture, 24 May 2010,
www.boston.com/bigpicture/2010/05/o...:on:twit:bigpic

[9Perlingieri IS. Worldwide environmental crisis. gone missing : The Precautionary Principle. GlobalResearch.ca, 11 Feb. 2009, www.globalresearch.ca/index.php?con...

[10“Twenty-four miles of Plaqeumines Parish is destroyed. everything is dead”, Billy Nungesser, 21 May 2010, www.youtube.com/watch?v=rxRWqpc77Ms...

[11“BP refuses EPA order to switch to less-toxic oil dispersant”, Margot Roosevelt and Carolyn Cole, Los Angeles Times, 23 May 2010, www.latimes.com/news/nationworld/na...

[12Ian Urbina. “Conflict of interest worries raised in spill rests,” Ian Urbina, New York Times, 20 May 2010, www.nytimes.com/2010/05/21/science/... ; ; See also Stephen Lendman. “BP and the Administration – Lies, Deceit, and Cover up in the Gulf.” 22 May 2010 : www.rense.com/general90/bpp.htm

[13“It’s raining oil in Florida”, Eve. Fourwinds10.com,
http://fourwinds10.com/siterun_data...

[14“Philippe Cousteau Jr. and Sam Champion take hazmat dive into Gulf’s oily waters.flv” You Tube, 25 May 2010, http://www.youtube.com/watch?v=s6Wp...

[15Dr. R. Michael Castle. “The methodic demise of natural earth”. 26 June 2009 : www.newswithviews.com/guest_opinion...

[16The Unified Atmospheric Preservation Act, Revised March 4, 2010, http://anticorruptionsociety.files....

[17“energy expert : nuking oil leak ‘only thing we can do’”, Daniel Tancer, the raw story, 29 May 2010, http://rawstory.com/rs/2010/0529/en...

[18“Central Ohio scientist wants to help Gulf oil spill”, ONNtv.com, 17 May 2010, www.10tv.com/live/content/onnnews/s...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 488 / 304059

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Énergies  Suivre la vie du site Énergies fossiles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License