ISIAS

"Une étude indique une augmentation de la dépression lors d’une grossesse au Royaume-Uni : les femmes enceintes se montrent plus anxieuses ou déprimées que leurs mères ne l’étaient " par Laura Sanders

Traduction et compléments de Jacques Hallard
jeudi 18 octobre 2018 par Sanders Laura



ISIAS Santé
Une étude indique une augmentation de la dépression lors d’une grossesse au Royaume-Uni : les femmes enceintes se montrent plus anxieuses ou déprimées que leurs mères ne l’étaient
Ajout d’articles en rapport avec la dépression périnatale (prénatale ou post-partum)
L’article d’origine de Laura Sanders a été publié le 13 juillet 2018 par Science News Neuroscience, Health sous le titre «  Pregnancy depression is on the rise, a survey suggests  » ; il est accessible sur ce site : {{}}https://www.sciencenews.org/article/pregnancy-depression-rise-survey-suggests?utm_source=email&amp ;utm_medium=email&utm_campaign=latest-newsletter-v2

newsletter image

FEELING LOW – Mauvais moral - Une étude transgénérationnelle [voir un exemple de méthode] menée en Angleterre a révélé que les femmes enceintes présentent aujourd’hui plus de symptômes de dépression et d’anxiété que les femmes de la génération de leurs mères. splendide / iStockphoto.

Les jeunes femmes d’aujourd’hui sont plus susceptibles d’éprouver de la dépression et de l’anxiété pendant la grossesse que leurs mères, selon les résultats d’un sondage portant sur deux générations de femmes.

De 1990 à 1992, environ 17% des jeunes femmes enceintes du sud-ouest de l’Angleterre qui avaient participé à l’étude présentaient des signes d’humeur dépressive. Mais la génération qui a suivi, y compris les partenaires de ces filles et de ces fils, a empiré : vingt-cinq pour cent de ces jeunes femmes, enceintes entre 2012 et 2016, ont présenté des signes de dépression, ont rapporté des chercheurs le 13 juillet 2018 dans la revue médicale ‘JAMA Network Open’.

’Nous parlons de beaucoup de femmes’, affirme Rebecca Pearson, co-auteure de l’étude, épidémiologiste psychiatrique à l’Université de Bristol en Angleterre. Des études antérieures avaient également suggéré que la dépression pendant et après la grossesse est relativement commune (SN : 17/03/18, p.16). Mais ces études sont datées, dit Pearson. ’Nous en savons très peu sur les niveaux de dépression et d’anxiété chez les nouvelles mamans aujourd’hui’, dit-elle.

Pour mesurer les symptômes de dépression et d’anxiété, les chercheurs ont utilisé l’échelle de dépression postnatale d’Édimbourg - 10 questions, chacune avec un score de 0 à 3, écrites pour révéler le risque de dépression pendant et après la grossesse. Un score combiné de 13 et plus signale des niveaux élevés de symptômes.

[Voir L’échelle de dépression post-partum d’Edimbourg 18 mars 2015 ]

De 1990 à 1992, 2.390 femmes âgées de 19 à 24 ans avaient répondu à l’enquête pendant leur grossesse. Parmi ces femmes, 408 - soit 17% - avaient obtenu un score de 13 ou plus, ce qui indique des niveaux inquiétants de dépression ou d’anxiété.

Lorsque les chercheurs ont fait un sondage chez les femmes de la deuxième génération, y compris les filles des participants d’origine et les partenaires des filles âgées de 19 à 24 ans, les chiffres étaient plus élevés. Sur les 180 femmes enceintes de 2012 à 2016, 45 d’entre elles - soit 25% - ont obtenu un score de 13 ou plus. Il n’est pas clair si les résultats seraient similaires pour les femmes enceintes de plus de 24 ans ou de moins de 19 ans.

Les réactions aujourd’hui

Les femmes enceintes de 2012 à 2016 (ponts bleus sur le schéma) étaient plus susceptibles de déclarer avoir éprouvé certains sentiments négatifs, tels que la panique ou la peur, pendant et après la grossesse, que la génération de leur mère (pouts orange), qui était enceinte de 1990 à 1992.

Notations par déclarations individuelles sur les items de l’enquête regardant la dépression sur deux générations de femmes enceintes

https://www.sciencenews.org/sites/d...;;context=69

R.M. Pearson et al / Réseau JAMA Open 2018

Cette augmentation générationnelle chez les jeunes femmes obtenant des scores élevés pour les symptômes de la dépression provient en grande partie de scores plus élevés sur des questions qui indiquent l’anxiété et le stress, dit Pearson. Les femmes enceintes d’aujourd’hui ont rapporté des sentiments fréquents de « panique ou de peur inutiles » et « d’excès de choses », par exemple.

Ces résultats correspondent aux observations de la psychiatre Anna Glezer de l’Université de Californie à San Francisco. ’Une partie très importante de mes patientes présentent leur problème principal comme étant l’anxiété, par opposition à une mauvaise humeur’, explique Glezer, qui a un cabinet médical à Burlingame, en Californie.

Le score de césure de l’étude pour indiquer un risque élevé de dépression était de 13, mais Pearson souligne qu’un score inférieur peut signaler une dépression légère. Les femmes qui obtiennent un score de 8 ou 9 ’ne se sentent pas bien’, dit-elle. Il est probable que même plus de femmes enceintes pourraient avoir des symptômes moins graves, mais toujours désagréables, dit-elle.

Les chercheurs ont également constaté que la dépression se transmet dans les familles. Les filles des femmes qui étaient déprimées pendant la grossesse étaient environ trois fois plus susceptibles d’être déprimées pendant leur propre grossesse que les femmes dont les mères n’étaient pas déprimées.

Ce risque élevé « était nouveau pour moi » , explique l’obstétricien et gynécologue John Keats, qui a présidé un groupe du Collège américain des obstétriciens et gynécologues et qui a étudié la santé mentale maternelle. Se demander si la mère d’un patient a connu la dépression ou l’anxiété pendant la grossesse pourrait aider à identifier les femmes à risque, dit-il.

Les effets négatifs du stress peuvent être transmis pendant la grossesse d’une manière que les scientifiques commencent tout juste à comprendre, et l’arrêt de ce cycle est important (SN Online : 7/9/18). « Vous ne parlez pas seulement des effets sur un patient et sa famille, mais des effets potentiels sur son fœtus et son nouveau-né en pleine croissance », explique Keats, de la David Geffen School of Medicine at UCLA (l’École de médecine David Geffen de l’UCLA).

Bien que les chercheurs ne sachent pas encore ce qui se cache derrière cette augmentation, ils font des suppositions : plus de mères travaillent aujourd’hui que dans les années 1990, et des difficultés financières plus importantes poussent les femmes à travailler de manière inflexible. Plus de stress, moins de sommeil et plus de temps assis peuvent contribuer à la différence.

Le temps passé sur les médias sociaux peut également accroître le sentiment d’isolement et d’anxiété, selon M. Glezer. Les médias sociaux peuvent aider les nouvelles mamans à obtenir de l’information, mais cela vient souvent avec « beaucoup de comparaisons, de jugements et d’attentes ».

[D’après Wikipédia, « L’expression « médias sociaux1 » couvre les médias internet qui identifient leurs usagers et leurs relations sociales pour un contenu personnalisé, contrairement aux médias traditionnels (radio, télévision, journaux) qui diffusent le même contenu pour tous. Le terme recouvre les différentes activités qui intègrent la technologie, l’interaction sociale, et la création de contenu. Les médias sociaux utilisent l’intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne. Par le biais de ces moyens de communication sociale, des individus ou des groupes d’individus forment un réseau social2, collaborent, créent ensemble du contenu Web, organisent le contenu, l’indexent, le modifient ou font des commentaires, le combinent avec des créations personnelles. Les termes Web 2.0 et médias sociaux demeurent assez proches et concernent une grande variété de sites différents : les blogs, les wikis, et les réseaux sociaux numériques de tout type. Les médias sociaux utilisent beaucoup de techniques, telles que les flux RSS et autres flux de syndication Web… » Article complet à lire ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9dias_sociaux

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Citations

R.M. Pearson et al. Prevalence of prenatal depression symptoms among 2 generations of pregnant mothers. JAMA Network Open. Published online July 13, 2018. doi : 10.1001/jamanetworkopen.2018.0725.

Further Reading

L. Sanders. Vaginal microbes in mice transfer stress to their pups. Science News Online, July 9, 2018.

L. Beil. Depression among new mothers is finally getting some attention. Science News. Vol. 193, March 17, 2018, p. 16.

L. Sanders. Help for postpartum mood disorders can be hard to come by. Science News Online, September 13, 2017.

Retour au début de l’article traduit


Articles en rapport avec la dépression périnatale (prénatale ou post-partum)

Dépressions périnatales : introduction d’un article Wikipédia

« La locution « dépressions périnatales » (parfois au singulier) regroupe un ensemble de troubles de l’humeur survenant durant la grossesse (dépressions prénatales) ou après l’accouchement (dépressions post-partum ou postnatales). Ces troubles peuvent affecter la mère ainsi que son enfant dans un spectre et une intensité variable suivant la durée et la gravité des symptômes. Ces troubles surviennent chez la future ou nouvelle mère. Des études récentes s’attachent à identifier un phénomène proche chez les pères, et les répercussions de dépression du père pendant la période péri-natale sur la santé psychique de l’enfant1,2… » Article complet sur ce site https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9pression_p%C3%A9rinatale

Une jeune maman se confie sur son burn-out maternel sur Facebook, son message devient viral - 16 juil. 12:53 - Mathilde Roche – LCI Daily FAMILLE

DÉPRESSION – « Brittany Ernsperger, une jeune maman américaine, a décrit sur Facebook ses difficultés pour lutter contre la dépression et l’anxiété au quotidien. Son message devenu viral est un espoir pour libérer la parole sur cette maladie dont souffrent plus de 300 millions de personnes dans le monde. « Pas le temps, pas envie… Nous avons tous un jour ou l’autre remis la corvée de la vaisselle ou du linge à plus tard. Mais pour certaines personnes, ces tâches du quotidien peuvent devenir de véritables épreuves, pour lesquelles elles ne trouvent plus l’énergie nécessaire. On parle alors de dépression ou, plus récemment, de ’burn-out maternel’. Il touche de plus en plus de mères, submergées par une fatigue physique et psychique. A l’instar de Brittany Ernsperger, une jeune mère américaine qui, sur Facebook, a posté un long message décrivant son quotidien… » 

Lire aussi

’Je craque en pleurant’, ’je m’énerve pour un rien’ : victimes du burn-out parental, ces mères nous racontent

Parents, êtes-vous au bord du burn-out ? Voici les symptômes qui doivent vous alerter

Avec ces deux photos, une maman lève le voile sur la dépression post-partum

Une personne sur cinq fera une dépression au cours de sa vie : comment la détecter, se soigner ou bien aider un proche

LCI Copyright © 2018 - Source de l’article complet : https://www.lci.fr/societe/une-jeune-maman-se-confie-sur-son-burn-out-maternel-sur-facebook-son-message-devient-viral-depression-2093400.html

Le vrai-faux de la dépression post-partum - Madame Figaro madame.lefigaro.fr › Bien-être › Psycho - 3 janv. 2018 - La dépression post-partum est une pathologie encore trop souvent taboue. Retour sur les nombreuses idées reçues qui lui collent à la peau.

Dépression post-natale ? Testez si vous avez des symptômes de ... https://www.mes15minutes.com/...depression/depression-post-natale-testez-si-vous-ave... 3 mai 2015 - La dépression postnatale ou post-partum touche un grand nombre de jeunes mères. Lisez ici comment vous pouvez tester gratuitement si vous ...

Dépression post-partum : que faire ? - Passeport Santé https://www.passeportsante.net › La grossesse de A à Z Il provoque un sentiment de dépression avec fatigue, une tension et une envie de pleurer sans raison. Dans le cas d’un post-partum blues, un traitement ...

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments entre […] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 10/10/2018 - Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Santé Pregnancy depression is on the rise, a survey suggests French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 12 / 331814

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License