ISIAS

"Mont Everest Tibet " par Jacques Hallard

mercredi 23 janvier 2019 par Hallard Jacques


ISIAS Créations artistiques

Mont Everest Tibet 珠穆朗玛峰西藏

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS – 23/01/2019

PLAN Création artistique Introduction Sommaire Auteur

Création artistique

C :\Users\Jacques\Pictures\2019-01-22\P1010188 (2).JPG{{}}

Mont Everest Tibet 珠穆朗玛峰西藏  : composition libre de Jacques Hallard, atelier de François Teissèdre 2019, dans le cadre de ‘Mollégès Group Art’ 13940. Inspiré par une peinture colorée au pinceau chinois de Josette T. Khu in Confucian Bible : Analects Book.1’ - (English and Chinese Edition) - Chinese Paperback – December, 1996 by John B. Khu (Editor) – Sous-titre :« The Non-Theocentric Code for Concerned People » : « Le texte codifié non théocentrique pour les personnes concernées, à savoir les sceptiques bienveillants, les rationalistes attentionnés, les agnostiques consciencieux, les pragmatiques sympathiques, les utilitaristes ayant des principes, les idéalistes désabusés, les intellectuels frustrés et les administrateurs sérieux ».

Josette T. KHU est une artiste née en 1933. Le plus ancien résultat de vente aux enchères jamais enregistré sur le site Web pour une oeuvre de cette artiste est un dessin-aquarelle vendu en 2008 à Levis Fine Art Auctions, et le résultat de vente le plus récent est un dessin-aquarelle vendu en 2017. Les résultats de l’artiste pour les prix des oeuvres d’art sont basés sur 8 résultats d’enchères, notamment : peinture, dessin-aquarelle. Artprice Knowledge - © Index complet des artistes recensés par Artprice.com.

Retour au début du document

Introduction

A l’occasion, découverte géographique et politique du Mont Everest, niché au Tibet aux confins du Népal et de la Chine.

Sommaire

1. Mont Everest d’après Wikipédia

2. TIBET Mont Everest Vidéo ajoutée le 19 septembre 2010

3. Note sur leTibet (période de 1912 à 1951) selon Wikipédia

4. Autres informations sur le Tibet selon Wikipédia

Retour à la création artistique

Retour à l’introduction

Retour au sommaire

Retour au début du document

1.
Mont Everest d’après Wikipédia

L’Everest, en tibétain Qomolangma ou encore Chomolungma, en népalais सगरमाथा, Sagarmāthā, aussi appelé mont Everest, est une montagne située dans la chaîne de l’Himalaya, à la frontière entre le Népal (province no 1 (en)) et la Chine (Tibet). Il est aperçu par des Européens pour la première fois en 1847 puis, après quelques années d’observations et de calculs, son altitude est établie à 8 848 mètres et il est identifié comme le plus haut sommet du monde. Cette caractéristique lui vaut d’être baptisé de son nom actuel par les Occidentaux en 1865 en l’honneur de George Everest, arpenteur général des Indes orientales de 1830 à 1843, et, dès les années 1920, de lui attirer l’intérêt des alpinistes qui se lancent à l’assaut de ses pentes. Plusieurs expéditions, en particulier britanniques, se succèdent depuis le versant nord au Tibet. Toutefois, les conditions climatiques extrêmes font leurs premières victimes, parmi lesquelles George Mallory et Andrew Irvine, en 1924, dont on ne saura probablement jamais avec certitude s’ils ont atteint le sommet. En 1950, le Népal autorise l’accès à la montagne depuis le sud offrant des possibilités d’ascension par l’arête Sud-Est, moins périlleuse. Finalement, trois ans plus tard, Edmund Hillary et Tensing Norgay deviennent les premiers hommes à atteindre le sommet de l’Everest. Dès lors, les exploits en tous genres s’enchaînent, alimentant les fantasmes populaires ; mais, en 1996, une série d’accidents mortels vient rappeler les dangers liés à la montagne, portant de nos jours à plus de 200 le nombre de victimes. Pourtant, le tourisme de masse se popularise, fragilisant le milieu naturel malgré les créations du parc national de Sagarmatha en 1976 et de la réserve naturelle du Qomolangma en 1988. Ainsi, plus de 14.000 alpinistes ont tenté l’ascension depuis 1922 et plus de 4.000 l’ont réussie, bien aidés, pour la majorité d’entre eux, par les porteurs sherpas.

(Voir situation sur carte : Chine)Situation sur la carte de la Chine

{{}} La face Nord de l’Everest vue en direction du camp de base tibétain.
La face Nord de l’Everest, vue en direction du camp de base tibétain.

Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Everest

Retour au sommaire

2.
TIBET Mont Everest Vidéo ajoutée le 19 septembre 2010

Un petit voyage au camp de base du mont ’Qomolungma’ au Tibet, que nous appelons mont ’Everest’ 8.844 m. Extrait de la 15ème ROUTE des BONSAÏ au TIBET - A trip to the base camp of Mount ’Qomolungma’ in Tibet, which we call Mount ’Everest’ 8844 m. Catégorie Voyages et événements - Musique utilisée dans cette vidéo - En savoir plus -Écoutez de la musique sans publicité avec YouTube Premium - Titre : Out of the Mountain - Artiste : Ya Dong - Album : Children Of Tibet - Concédé sous licence à YouTube par AdShare for a Third Party (au nom de China Media Ventures) ; BMG Rights Management et 2 sociétés de gestion des droits musicaux - BONSAÏ STUDIO - Source : https://www.youtube.com/watch?v=IHSPm01Ds-0

Retour au sommaire

3.
Note sur le Tibet (période de 1912 à 1951) selon Wikipédia

Pour des articles plus généraux, voir Histoire du Tibet et Gouvernement tibétain.

DrapeauDrapeau {{}} {{}} {{}}
Informations générales
Statut Gouvernement bouddhiste théocratique
Revendiqué par Drapeau de la République de ChineRépublique de Chine

Drapeau de la République populaire de ChineRépublique populaire de Chine (après 1949)

Capitale Lhassa
Langue Tibétain
Religion Bouddhisme tibétain
Histoire et événements
1912 Expulsion des autorités chinoises
14 février 1913 Proclamation d’indépendance
7 octobre 1950 Début de l’intervention de l’armée chinoise
23 mai 1951 Accord en 17 points

Entités précédentes :

  • Flag of the People’s Republic of China.svgRépublique populaire de Chine (Région autonome du Tibet en 1965)
  • Flag of Tibet.svgAdministration centrale tibétaine
    La période de l’histoire allant de 1912 à 1951 est celle durant laquelle le Tibet fut gouverné comme un État indépendant de facto, séparé de la Chine. La nature exacte de cette indépendance sur le plan juridique fait l’objet de débatsa posteriori. Alors qu’en 1910 les fonctionnaires impériaux prennent en main l’administration directe du Tibet après la fuite du 13e dalaï-lama en Inde britannique, la dynastie Qing, en 1911, est renversée par la révolution chinoise. En 1912, les troupes impériales sont rapatriées dans le cadre d’un accord de paix sino-tibétain, et les autorités chinoises doivent quitter le Tibet1. La Chine toutefois continue de revendiquer le territoire du Tibet. Le 13edalaï-lama fait savoir par lettre à Yuan Shikai qu’il entend exercer son pouvoir spirituel et temporel sur le Tibet2,3 et, le 14 février 1913, proclame publiquement son intention d’exercer la souveraineté sur le Tibet4. En 1914, la convention de Simla, signée entre les Britanniques et les Tibétains (sans la validation de Pékin) redéfinit une nouvelle fois le statut du Tibet et la frontière entre le Tibet et la Chine.

Si le Tibet échappe ensuite durant plus de trente ans au contrôle de la République de Chine et fonctionne comme une entité politique indépendante de facto, il ne reçoit pas la reconnaissance internationale de jure que lui aurait valu l’octroi d’un statut juridique indépendant, distinct de celui de la Chine (laquelle ne cesse à aucun moment d’en revendiquer la souveraineté)5. En 1931 puis en 1946, les Tibétains envoient des émissaires à l’Assemblée nationale de la République de Chine pour évoquer le statut du Tibet, sans rien obtenir de la part du gouvernement chinois6. Après la mort du 13e dalaï-lama en 1933, la « mission de condoléances » du gouvernement du Kuomintang reste sur place et ouvre des bureaux afin d’entamer des négociations sur le statut du Tibet, sans pour autant parvenir à résoudre la question7.

L’intervention en 1950 de l’Armée populaire de libération est suivie en 1951 par la signature de l’Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet, qui voit la reconnaissance par le dalaï-lama de la souveraineté sur le Tibet de la République populaire de Chine et met fin à cette période de gouvernement indépendant. Le dalaï-lama déclare, après son départ en exil en 1959, avoir signé cet accord sous la contrainte du gouvernement chinois…

Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tibet_(1912-1951)

Retour au sommaire

4.
Autres informations sur le Tibet selon Wikipédia

Le Tibet, ou anciennement Thibet1, (tibétain བོད་, Wylie : Bod, chinois : 藏區) est une région de plateau située au nord de l’Himalaya en Asie, habitée traditionnellement par les Tibétains et d’autres groupes ethniques (Monbas, Qiang et Lhobas) et comportant également une population importante de Hans et de Huis. Le Tibet est le plateau habité le plus élevé de la planète, avec une altitude moyenne de 4.900 m.

Sous l’appellation « Tibet historique », cette aire, revendiquée par le gouvernement tibétain en exil, est composée de trois régions traditionnelles : l’Ü-Tsang (dont la plus grande partie du territoire est comprise dans la région autonome du Tibet), l’Amdo (éclaté entre les provinces du Qinghai, du Gansu et du Sichuan) et le Kham (dont le territoire est partagé entre les provinces du Sichuan et du Yunnan et la région autonome du Tibet)2.

La superficie du Tibet varie de 1 221 600 km2 pour la Région autonome du Tibet à 2 500 000 km2 pour le « Tibet historique »3 ou « Grand Tibet »2. La capitale historique qui, traditionnellement, concentre l’autorité religieuse et temporelle du Tibet, est Lhassa.

Les Tibétains, dont le nombre est de 6 millions en République populaire de Chine4, parlent un des trois dialectes du tibétain, une langue de la famille tibéto-birmane, et pratiquent majoritairement le bouddhisme tibétain.

Article complet à lire ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tibet

Retour à la création artistique

Retour à l’introduction

Retour au sommaire

Retour au début du document


Auteur : Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 23
/01/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Créations artistiques Mont Everest Tibet.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 58 / 326413

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Créations artistiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License